Orthographe - guide de survie
Sommaire

Les mots : natures et fonctions

Le classement des mots

Les différentes fonctions d'un mot

Terminologie de la grammaire moderne

Classement des mots

La grammaire moderne groupe les mots en classes.

On dit qu’un mot appartient à une classe. En effet un mot est nom OU adjectif qualificatif OU adverbe OU verbe OU déterminant, etc. On peut dire aussi qu'un mot à une nature.

Cependant quelques mots peuvent avoir plusieurs natures (appartenir à plusieurs classes).
Ainsi le mot TOUT est adverbe ou déterminant indéfini voire pronom indéfini. Donc parfois il s'accorde ...(tout → tous, toute, toutes).
Le mot EN est pronom ou préposition.
Certains mots peuvent être adjectif qualificatif OU adverbe. C'est le cas de "fort, haut,..."
Mais ces mots "multi-classes" (ou à plusieurs natures) sont très peu nombreux.

Identifier un mot c'est pouvoir dire sa nature (à quelle classe il appartient). L'identification d'un mot peut être fort utile même pour la lecture d'un texte.

Je prends un seul exemple. La terminaison "ent" est muette s'il s'agit d'une forme verbale (3ième personne du pluriel) mais est prononcée s'il s'agit d'un nom !
Pierre et Marie président alternativement. Le président est démissionnaire.
Dans la première phrase il faut prononcer [préside] et dans la deuxième il faut dire [présidan].

L'identification d'un mot facilite aussi l'écriture d'un texte. Ainsi si vous savez que tel mot est un adverbe (ou une préposition ou une conjonction) vous saurez alors que vous n'avez pas à vous préoccuper de son accord (puisque ces types de mots sont invariables). Par contre il faut accorder un verbe, un nom ou un adjectif qualificatif.

Autre exemple, on confond souvent adjectif verbal avec le participe présent. Le premier s'accorde alors que le second est invariable (puisque c'est déjà une forme verbale indépendante de la personne). Mais il y a une astuce ! le participe présent (invariable) est souvent précédé de "en" (gérondif).
Les loups menaçants arrivent en courant. le mot "menaçants" est un adjectif verbal qui s'accorde avec le nom alors que "courant" est un participe présent.

Structure de la phrase

Avec la grammaire moderne on raisonne en termes de groupes de mots ; groupe de mots ayant une fonction dans la phrase : sujet, complément du verbe (essentiel ou circonstanciel, attribut du sujet, complément d'un nom, etc.)

Une phrase de base comprend un groupe sujet et un groupe verbal.
Le groupe sujet est l’ensemble des mots qui se rattachent au nom.
Le groupe verbal est l’ensemble des mots qui se rattachent au verbe.

Soit la phrase : Le très jeune député du Pas-de-Calais présentera son rapport à l’assemblée mardi prochain.
Groupe sujet : "le très jeune député du Pas-de-Calais"
Groupe verbal : "présentera son travail à l’assemblée mardi prochain"

Mots grammaticaux et mots lexicaux

Les mots grammaticaux sont les déterminants, les pronoms, les prépositions et les conjonctions.
Les mots lexicaux sont les noms, les adjectifs qualificatifs, les adverbes, les verbes et les interjections.

Les mots grammaticaux sont peu nombreux et constituent un ensemble fini. En effet alors que l'on ajoute chaque année de nouveaux noms, verbes, adjectifs qualificatifs dans les dictionnaires, on ne crée jamais de nouveaux déterminants ou prépositions.
Un mot grammatical n’a qu’une seule fonction alors qu’un mot lexical peut en assumer plusieurs.

Certains mots lexicaux peuvent avoir une durée de vie courte (effet de mode) alors que les mots grammaticaux sont éternels ...
Ainsi la publicité crée souvent des verbes à partir de noms communs ou propres qui seront pérennisés ou pas. On va fluncher !

Les techniques de création de nouveaux mots sont diverses.

On distingue les homonymes lexicaux des homonymes grammaticaux. Ainsi "but" et "butte" sont des homonymes lexicaux : deux mots de même nature (ici deux noms) et qui se prononcent de la même façon mais qui bien sûr n'ont pas le même sens.
Par contre "se" et "ce" sont des homonymes grammaticaux. Certes les deux mots ont la même prononciation mais pas la même nature. Dans l'exemple "ce" est un adjectif démonstratif et "se" est pronom réfléchi.

Les fautes grammaticales sont beaucoup plus graves que les fautes lexicales concernant des mots peu utilisés.
Savez vous, par exemple, qu'il faut écrire : "un flamant rose" (avec un T final) et "un belge flamand" (avec un D final).
Si vous confondez "se" et "ce" cela indique une incapacité à savoir la fonction d'un mot dans une phrase.
Retour au sommaire

Le nom

Définition

Le nom est un mot qui désigne un "animé" (personne, animal) ou un "inanimé" (chose, concept).

Genre du nom

Un nom a un genre (masculin ou féminin) fixé par la langue et indiqué par tout bon dictionnaire.
Le genre des noms d'inanimés est arbitraire alors que pour les animés le genre est fonction du sexe ; masculin si mâle et féminin si femelle.

Les noms féminins d'inanimés se terminant par "té" ou "tié" ou "eur" ne prennent pas de "e". L'actualité, la simplicité, la moitié, l'odeur, ...
Exceptions : La jetée, la dictée, la montée, la pâtée, la portée, la demeure, l'heure.

Les noms à double genre

Certains noms ont les deux genres (masculin et féminin) mais leur sens est lié au genre.

Exercice : Je vous donne une liste de noms à double genre. A vous de trouvez le sens selon le genre

nomsens au masculinsens au féminin
critique
enseigne
greffe
légume
manche
manoeuvre
mémoire
pendule
plastique
solde
vase
voile

Formation du féminin

Pour tous les animés il existe un masculin et un féminin !

Le plus souvent les noms d'animés forment leur féminin par ajout d’un "e" final. Le professeur → la professeure

Formation du pluriel

Tous les noms communs dénombrables (que l'on peut compter) peuvent être mis au pluriel. En général il suffit d’ajouter un "s" final et muet.

Certains noms ne s'emploient qu'au pluriel ; ils n'ont pas de singulier.
Citons : les fiançailles, les obsèques, les funérailles, les émoluments, les frais, etc.

Certains noms changent de sens lorsqu'ils passent du singulier au pluriel. La lunette : instrument d'optique ; Les lunettes : paire de verres posé sur le nez.

Le pluriel des noms composés non soudés

On dit qu'un mot composé est non soudé lorsque les différents mots le constituant sont reliés par un trait d'union.

Désormais la règle est claire ! Seuls les noms, adjectifs prennent la marque du pluriel ; les autres types de mots sont invariables.

Deux noms : un chou-fleur → des choux-fleurs. Les deux mots prennent le pluriel.

Deux adjectifs : un sourd-muet → des sourds-muets. les deux mots prennent le pluriel.

Deux verbes : un laisser-passer → des laisser-passer. Les deux mots invariables.

Verbe + nom : un pèse-lettre → des pèse-lettres. Seul le nom s'accorde.

Noms composés soudés

Un mot composé est dit "soudé" si le trait d'union à disparu ; les deux mots sont collés. Exemples : bonjour, monsieur, gentilhomme, contremaitre(NO), etc.

Ils s'accordent comme les noms simples. Un passeport → des passeports - un portemanteau → des portemanteaux.

Nous pouvons donc écrire : contrappel, entretemps, extraterrestre, weekend, tictac, portemonnaie, socioprofessionnel, etc.

Pluriel des noms d'origine étrangère

La réforme de l'orthographe simplifie les règles d'accord.

Les mots empruntés à l'étranger forment désormais leur pluriel de la même manière que les mots français.
Nous pouvons donc écrire désormais : des miss, des matchs, des ladys, des dandys, des scénarios, des ultimatums, des révolvers, etc.

La réforme est non obligatoire. Donc vous pouvez toujours écrire : des matches, des ladies, des scénari, etc.

Classement des noms

Les noms propres

Alors qu’un nom commun est obligatoirement précédé d’un déterminant, le nom propre n’a pas cette obligation. Paris est une ville magnifique.

Les noms propres ne s’accordent pas au pluriel sauf ceux désignant un peuple.
Les Durand iront avec nous au cinéma ce soir. Pas d'accord !
Les Bretons ont la réputation d’être têtus. Accord !

Les noms animés et inanimés

La distinction entre noms d'animés et d'inanimés est importante lorsqu’il s’agit de remplacer le nom par un pronom.

Les pronoms qui, personne, lui sont strictement réservés aux animés.
A qui penses tu ? Je pense à personne. Je pense à lui.

Les pronoms quoi, y, rien sont utilisés pour les inanimés.
A quoi penses-tu ? Je pense à rien. Les vacances, j'y pense.

Pour les animés le complément circonstanciel de lieu est introduit par la préposition "chez" alors qu'il faut utiliser "à" pour les inanimés. Je vais chez le coiffeur. Je vais à la kermesse. J'irai au cinéma (au : contraction de "à le")
Retour au sommaire

Le déterminant

Le mot "déterminant" a été introduit par la grammaire moderne.

Identification du déterminant

Le déterminant est un mot qui se place devant le nom mais pas forcément à côté ; il peut y avoir d’autres mots insérés entre le déterminant et le nom.
Mon très fidèle chien courut alors vers moi.
Entre le nom (chien) et le déterminant (mon) il y a un adjectif ("fidèle") et un adverbe ("très").
Pour les noms communs le déterminant est obligatoire sauf dans des phrases sans verbe (un titre de livre, par exemple).

Accord du déterminant

Le déterminant s’accorde en genre et en nombre avec le nom.
Il permet ainsi de distinguer le masculin du féminin pour des noms ayant la même forme :Un élève. Une élève.
Cependant au pluriel certains déterminants perdent l’indication du genre :Nos artistes préférés sont … Masculin pluriel ou féminin pluriel ?

Les articles

L’article est toujours à gauche du nom mais peut-être séparé de celui-ci par d'autres mots.

Emploi des articles

Les articles définis désignent des êtres et choses connues.
Les articles définis singuliers (le,la) sont élidés devant un mot commençant par une voyelle ou un H muet. C'est à dire que la voyelle finale de l'article est remplacée par une apostrophe.
Les articles indéfinis désignent des êtres et choses pas encore présentés dans le discours.

Attention on ne fait pas l'élision si le mot commence par un H aspiré. Le haricot. La haine.
On ne fait pas non plus la liaison devant un H aspiré. Si vous lisez "les haricots". Il faut dire [lé aricot] et non pas [lésarico].
Les articles pluriels ("les, des") ne précisent plus le genre.

Rôle des articles contractés

Rôle des articles partitifs

Ils sont utilisés pour indiquer une certaine quantité d’un produit non dénombrable. J’ai acheté du sucre en poudre. Prends de la crème fraiche(NO).

Les déterminants possessifs

Ils donnent des informations sur le genre et le nombre de possédants mais aussi le nombre de possédés par possédant !

Un seul possédant et un seul possédé : Mon époux. Ma femme. Ton époux. Ta femme. Son compagnon. Sa compagne.

Un seul possédant mais plusieurs possédés : Mes garçons. Mes filles. Tes amis. Tes amies. Ses proches. Ses épouses successives.

Plusieurs possédants et un seul possédé par possédant : Notre époux. Notre femme. Votre femme. Votre époux. Leur compagnon. Leur compagne.

Plusieurs possédants et plusieurs possédés par possédant : Nos enfants. Nos soucis. Vos vêtements. Leurs chaussures.

La distinction de genre ne peut se faire que si possesseur et possédé sont au singulier.
Devant un mot féminin singulier commençant par une voyelle ou un H muet on utilise "mon, ton, son" (et non pas "ma,ta, sa"). On dit : Mon élève. qu'il s'agisse d'un garçon ou d'une fille.

Déterminants démonstratifs

Ils sont utilisés pour désigner un être ou chose déjà présenté dans le discours. Les Durand ont acheté une nouvelle voiture. Cette auto leur coute (NO) très cher. "Cette" désigne la nouvelle voiture achetée par la famille Durand.

Les déterminants démonstratifs sont : "ce, cet, cette, ces". Prends ce tabouret. Cet animal est affectueux. Cette fille est fort sympathique. Ces gens sont très aimables.
Au masculin singulier et devant un mot commençant par une voyelle ou un H muet "ce" est remplacé par "cet".
Au pluriel le déterminant démonstratif ne précise plus le genre ; "ces" au masculin comme au féminin pluriel.

Attention "cet" et "cette" sont homophones (même prononciation). Pour bien écrire le son il faut donc connaitre le genre du nom. Cet individu. Cette amie.

Ne pas confondre "ses" (possessif pluriel) et "ces" (démonstratif pluriel).
Astuce : mettre la phrase au singulier pour écrire correctement le son. Il enfile [sé] chaussettes donne au singulier il enfile [sa] cagoule. Il faut donc employer un possessif : ses !

Déterminants numéraux

Les ordinaux se combinent obligatoirement avec un autre déterminant. Il est le premier de la classe.. Ici le nombre ordinal est précédé d'un article.
Les ordinaux s'accordent en genre et en nombre avec le nom qu'ils accompagnent. Elles sont arrivées les premières.

Les cardinaux sont invariables sauf "vingt" et "cent" et "un".
"Un" devient "une" devant un nom féminin.
"Vingt" et "cent" s'accordent lorsqu’ils sont multiples et sont en dernière position dans le numéral composé.
Il faut donc écrire : Quatre-vingts. Quatre-cents mais Quatre-vingt-quatre. Quatre-cent-un.

Quel/quelle / quels/ quelles

A l’oral suivant l’intonation le mot [kel] indique l’exclamation ou l’interrogation. A l’écrit il faudra terminer la phrase par un point d’exclamation ou un point d’interrogation pour préciser le style de la phrase.
"Quel" s’accorde en genre et en nombre avec le nom : Quelle belle journée ! Quel est ton travail ? Quels horaires ! Quelles sont vilaines !

Déterminants indéfinis


Retour au sommaire

L'adjectif qualificatif

Fonctions de l’adjectif qualificatif

Exemples :
Cet petit chien .... "petit" est épithète de chien.
Cette femme est vraiment petite.. "petite" est attribut du sujet "cette femme". Entre le sujet et l'adjectif attribut il y a un verbe d'état (être, paraitre(N0), devenir, sembler, demeurer, rester, passer pour).
Je trouve vos projets intéressants. . "intéressants" est attribut du COD "projets". En effet un verbe d'état est sous-entendu. On pourrait dire : Je trouve que vos projets sont intéressants.
L'adjectif est attribut du COD après les verbes croire, juger, faire, estimer, rendre, trouver, nommer, laisser, appeler, ...
Affamés, les loups dévorèrent l'agneau. . "affamés" est un adjectif qualificatif épithète détaché.

Un participe passé peut faire fonction d'adjectif qualificatif. La pièce terminée servira de salle de jeux.

Adjectif verbal

Un verbe peut donner naissance à un adjectif qualificatif appelé adjectif verbal. L'orthographe de cet adjectif verbal est en général identique au participe présent. Le paragraphe suivant est très instructif.
L'orthographe de l'adjectif verbal peut être différente de celle du participe présent pour quelques verbes (communiquer, diverger, précéder, violer, etc.) . C'est le cas du verbe "violer" qui donne l'adjectif verbal "violent" (et non pas "violant").
Voir la fiche pratique "Participe présent et adjectif verbal" pour plus de détails.

Comparatifs

Il faut encadrer l'adjectif par deux mots plus ... que / moins ... que / aussi ... que selon qu'il s'agit d'un comparatif de supériorité, d'infériorité ou d'égalité.

N'employez jamais meilleur, pire, moindre en faisant précéder de "plus"

Superlatifs

Modification du radical

Accord de l'adjectif qualificatif

L’adjectif qualificatif s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il qualifie.

J’ai acheté des jolies fleurs."jolies" s'accorde avec "fleurs".
Les tableaux de cet artiste sont très beaux."beaux" s'accorde avec "tableaux".
Cet homme et cette femme sont très bien habillés . Deux sujets de genre différent ; le masculin l’emporte sur le féminin donc masculin pluriel.

Féminin de l'adjectif

En principe il suffit de rajouter un "e" muet. seul → seule.
Dans certains cas le "e" final se prononce. petit → petite.

Pour quelques adjectifs il y a modification du radical : beau → belle ; vieux → vieille

Pluriel de l'adjectif

Pour l'accord en nombre il suffit de rajouter un "s" muet.

Les adjectifs de couleur

Les adjectifs de couleur dérivés de noms de fleurs, de fruits, de pierres, etc. ne s'accordent pas. Elles portaient toutes les deux des robes fuchsia. On pourrait dire : des robes de la couleur du Fuchsia.
Les adjectifs désignant les couleurs de base (rouge, bleu, vert, jaune, violet, blanc, noir, etc.) s'accordent . Ils portaient des chemises blanches et des cravates noires.
Les adjectifs de couleur composés sont invariables. Des chemises vert pomme.
Retour au sommaire

L'adverbe

L’adverbe est toujours invariable - sauf "tout" et dans certains cas seulement ...

Diversité des adverbes

Fonctions de l’adverbe

Adverbes construits à partir d'un adjectif

Les adjectifs se terminant par "ant" forment un adverbe se terminant par "amment". Ainsi l'adjectif "Puissant" donne "puissamment".
Les adjectifs se terminant par "ent" forment un adverbe se terminant par "emment". Ainsi l'adjectif "Violent" donne "violemment".

L'adjectif à l'origine de l'adverbe peut être un adjectif verbal.
Nous avons alors un verbe qui génère un adjectif et ce dernier produit un adverbe.

Classement des adverbes

Des pièges

Certains petits mots outils peuvent tantôt avoir la nature d'adjectif qualificatif et tantôt d'adverbe.
Dois-je rappeler qu'un adjectif qualificatif s'accorde mais pas l'adverbe ...

Exemples :
Il est très fort. "fort" est ici adjectif. Au féminin pluriel il faut dire : elles sont très fortes.
Il est fort gentil. "fort" est ici adverbe. Au féminin pluriel il faut dire : elles sont fort gentilles.
"Haut" peut être aussi adverbe OU adjectif qualificatif.

Le cas de TOUT

Lorsque l'adverbe TOUT est suivi d'un adjectif féminin commençant par une consonne (ou H aspiré) il s'accorde en genre et en nombre avec l'adjectif.

Il a des vêtements tout froissés. TOUT suivi d'un adjectif masculin pluriel donc pas d'accord.
Elles sont tout agitées. TOUT suivi d'un adjectif féminin commençant par une voyelle donc pas d'accord.
Elle est toute somnolante. TOUT suivi d'un adjectif féminin commençant par un consonne donc accord.
Elles sont arrivées toutes hâlées. TOUT suivi d'un adjectif féminin commençant par un H aspiré donc accord !
Retour au sommaire

Le verbe

Définition

Le verbe est le noyau de la phrase. Les autres mots s’organisent autour du verbe .
Le verbe est toujours accompagné d’un sujet avec lequel il s’accorde (voir ci-dessous pour les pièges).
Le verbe se conjugue : reçoit des terminaisons (ou désinences) en fonction du sujet, du temps.
Le verbe exprime une action ou un état.
Le verbe peut être encadré d’une négation.

Accord du verbe : les pièges

Le verbe s'accorde avec le sujet.
Donc la règle est simple. Le problème est que parfois le mot en début de phrase n'est pas le sujet.

Exemple 1 :
La tâche que le chef [ta confié]. Dans cette phrase le sujet n'est pas "la tâche" mais "le chef" ! Donc Troisième personne du singulier.
"La tâche" est le COD (placé devant le participe passé donc ce dernier s'accorde).
Il faut donc écrire : La tâche que le chef t'a confiée.

Exemple 2 :
Le problème que [représente] ces nouvelles contraintes.
Qui représente ? Les contraintes donc troisième personne du pluriel.
Il faut donc écrire : Le problème que représentent ces nouvelles contraintes.

Les modes du verbe

Infinitif et participes sont des modes impersonnels: le verbe ne varie pas en fonction de la personne.
Les autres modes sont personnels ; le verbe s'accorde en fonction de la personne.

Mode indicatif

L'indicatif indique que l’action (présente, future ou passée) est certaine.
De tous les modes seul l'indicatif est un mode temporel c'est à dire un mode qui permet de faire la distinction entre le présent, le passé ou le futur selon le temps employé.

Donc à chaque temps simple correspond un temps composé. Ainsi le futur antérieur correspond au futur simple. Pour former le futur antérieur : auxiliaire "avoir" (ou "être) au futur simple + participe passé.

Le passé simple n'est plus utilisé à l'oral. On lui préfère le passé composé. Par contre on le rencontre encore dans les romans.

Ne confondez un temps composé conjugué avec l'auxiliaire "être" avec la voix passive !

Il s'est rasé ce matin. Verbe pronominal "se raser" conjugué au passé composé.
Le quartier fut rasé lors du bombardement du ... par un raid de la RAF. Le sujet subit l'action ; il s'agit donc de la voix passive.

Mode subjonctif

Le subjonctif est le mode qui exprime le souhait, le doute, l’éventualité donc la probabilité et non pas la certitude comme pour l'indicatif.

Le subjonctif, à la différence de l'indicatif, n'est pas un mode temporel (mais uniquement modal).
Ainsi le subjonctif dit "présent" est bien mal nommé car il peut exprimer un action présente ou passée ou future. Il faut que tu viennes. Il fallait que tu viennes. Il faudra que tu viennes. Dans les trois phrases le verbe "venir" est toujours conjugué au subjonctif présent alors que le verbe de la proposition principale est à l'indicatif présent puis à l'indicatif imparfait puis à l'indicatif futur.

La conjugaison au subjonctif présent n'est pas si compliquée que cela. Si vous savez conjuguer un verbe à l'indicatif présent vous saurez le conjuguer au présent du subjonctif grâce à une astuce.
Voir la fiche pratique intitulée "Subjonctif facile" !

Mode conditionnel

Le conditionnel a une valeur modale mais aussi temporelle.

Valeur modale : le conditionnel exprime la conséquence d'une condition. Si je gagnais au loto j'achèterais un yacht. Le verbe "acheter" est conjugué au conditionnel présent.

Valeur temporelle : le conditionnel sert à exprimer le futur dans le cadre du passé. Nous décidions alors que nous finirions au plus vite ce travail. Le verbe "finir" est au conditionnel présent pour exprimer la postériorité dans le cadre d'une action passée.

Pour conjuguer au conditionnel présent il suffit en général de rajouter certaines terminaisons directement à l'infinitif du verbe. Les terminaisons sont : ais, ais, ait, ions, iez, aient
Voir la fiche pratique intitulée "futur de l'indicatif et conditionnel présent" !

Impératif

C’est le mode pour exprimer l’ordre, l’interdiction.
Ne monte pas ! Agissons ! Restez assis !

L’impératif ne se conjugue qu’à trois personnes: 2ième personne du singulier, première et deuxième personnes du pluriel.
L'impératif se caractérise par l’absence de pronom personnel sujet.
Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’y a pas de "s" final à la 2ième personne du singulier. Va là bas ! Mange ceci !

Cependant si le verbe est suivi des pronoms "en" ou "y" il faut rajouter un "s" si le verbe se termine par "a" ou "e".
Ainsi il faut alors écrire : Vas-y ! Manges-en !. Puisqu'à l'oral on prononce [vazi] et [mangezan].

Infinitif

L’infinitif permet de donner au verbe d’autres fonctions que celle de noyau de la phrase.

Il existe l'infinitif présent et l'infinitif passé.
On ne peut être et avoir été. "avoir été" : infinitif passé du verbe "être".

Construction de l'infinitif passé : avoir / être + participe passé du verbe.
Remarque : la plupart des verbes forment leurs temps composés (dont l'infinitif passé) avec l'auxiliaire "avoir" sauf les verbes pronominaux et quelques verbes intransitifs( aller, venir, partir, ...) qui forment leurs temps composés avec l'auxiliaire "être".

Participe présent (PPr)

Le PPr se forme en rajoutant "ant" au radical ou "issant" (verbes du deuxième groupe).
Pour les verbes du troisième groupe le radical peut changer.
Le PPr est souvent précédé de "en" : gérondif. Cette tournure fait fonction de complément circonstanciel. Je me lève en chantant.

Le Participe passé (PPa)

Le PPa est utilisé dans la construction des temps composés (avec auxiliaire "avoir" et parfois "être").
Employé seul le PPa a valeur d'adjectif et peut être attribut du sujet (après un verbe d'état) ou attribut du COD ou épithète d'un nom.
Le PPa est aussi utilisé pour former la voix passive : verbe "être" + PPa. Ce Château fut construit par Le célèbre architecte Mansart.

Se pose alors le problème parfois délicat de l'accord du PPa ...

Classement des verbes

Les verbes du troisième groupe et les auxiliaires sont des verbes irréguliers !

Les verbes des deux premiers groupes sont réguliers car le radical du verbe n’est jamais modifié par la conjugaison. Alors que les verbes irréguliers connaissent des modifications de leur radical fonction du temps voire de la personne.

Verbes du premier groupe

Ce sont les verbes se terminant par "er" à l’infinitif sauf "aller" (verbe irrégulier).

Exemple: le verbe "aimer".

Attention pour certains verbes du premier groupe le radical peut changer légèrement afin que l'orthographe corresponde à la prononciation.

Le verbe "envoyer" est irrégulier au futur simple. j'enverrai -... - nous enverrons.

Verbes du deuxième groupe

Ce sont les verbes qui se terminent par "ir" à l’infinitif et qui forment leur participe présent en "issant".

Exemple: le verbe "finir".

Pour les verbes du deuxième groupe les terminaisons au singulier sont identiques au présent de l'indicatif et au passé simple.
Réforme de l'orthographe: l'accent circonflexe disparait sur les lettres "i" et "u" sauf pour les terminaisons du passé simple. Nous choisîmes. Vous choisîtes.

Attention au verbe du deuxième groupe "haïr" qui prend souvent un tréma sur le i. Je hais mais nous haïssons

Verbes du troisième groupe

Les verbes "avoir" et "être"

Ces verbes peuvent être des verbes irréguliers ordinaires ; "avoir" est un verbe transitif direct (COD obligatoire) qui a le sens de "posséder" ; "être" est un verbe attributif c'est à dire qu'il est suivi d'un attribut du sujet.

Les verbes "avoir" et "être" sont aussi des auxiliaires. C'est à dire qu'ils sont utilisés pour former les temps composés des différents modes : passé composé, plus-que-parfait, passé antérieur, futur antérieur, conditionnel passé, subjonctif passé, infinitif passé, impératif passé.

L'auxiliaire "être" est utilisé aussi dans le cadre de la voix passive.
Viollet-le-Duc restaura ce château vers 1870. donne à la voix passive : Ce château fut restauré par Viollet-le-Duc vers 1870. Forme passive : verbe "être" + PPa.

Conjugaison des verbes irréguliers

La conjugaison de ces verbes doit être connue car ils sont d'un usage très répandu.

Les auxiliaires

Le verbe aller

Verbe qui n’est irrégulier que pour certains temps : impératif, indicatif présent, futur, conditionnel et subjonctif présent.

Verbe utilisé pour construire une tournure appelée "futur proche".

Le verbe faire

Verbe du troisième groupe qui est d'un usage fréquent.

Attention "faisons" se prononce [feson].
Notez aussi qu'au présent de l'indicatif et à la deuxième personne du pluriel la conjugaison est "faites" (et non pas "faisez" comme disent certains enfants très logiquement).

Le verbe falloir

Il s’agit d’un verbe impersonnel. C’est à dire un verbe qui ne se conjugue qu’à la troisième personne du singulier.
Après l’expression "il faut que" le verbe qui suit se conjugue au subjonctif. Il faut que vous sachiez vos leçons.

Quelques remarques concernant les verbes irréguliers

Ne pas confondre je crois, tu crois (conjugaison du verbe "croire") avec je croîs, tu croîs (conjugaison du verbe "croitre") !

Un peu de terminologie et de classification des verbes

Verbes d'action et verbes d'état

On distingue les verbes d'action et les verbes d'état (ou attributifs)

Les verbes être, sembler, devenir, avoir l'air, passer pour, demeurer, paraitre, etc. sont des verbes d'état.
Un verbe attributif est toujours suivi d'un attribut du sujet. Les vagues devinrent énormes. "Énormes" est attribut du sujet "vagues". Si vous supprimez l'attribut la phrase n'a plus de sens !

Les autres verbes sont des verbes d'action.

Classement des verbes d'action

Les intransitifs sont les verbes dont l'action ne s'effectue pas sur un objet. Ils ne peuvent pas avoir de complément d'objet mais peuvent avoir des compléments circonstanciels. Je marche seul.

Les transitifs sont des verbes qui peuvent avoir des compléments d'objet. Je mange du poulet.
Pour certains transitifs les compléments d'objets sont facultatifs. Je mange ! La phrase a du sens malgré l'absence de complément d'objet.
D'autres transitifs exigent un COD (transitifs directs). Paul rencontra Juliette. . Si vous supprimez "Juliette" la phrase n'a plus de sens !
Un transitif indirect est un verbe qui exige un COI. Louis plait à Marie.
Un transitif à deux compléments est un verbe qui exige un COD et un COI. Je donne ma vieille bicyclette à un mon gendre. On donne toujours quelque chose à quelqu'un.

Verbes impersonnels

Ce sont quelques verbes qui ne se conjuguent qu'à la troisième personne du singulier : pleuvoir, neiger, geler, grêler, bruiner, falloir.
Exemples : Il pleut maintenant. Hier il neigeait. Ce matin il a gelé. Il me faut vous abandonner à votre triste sort.

Verbes pronominaux

Un verbe est pronominal lorsqu'il y insertion d'un pronom réfléchi devant ce verbe. Ce pronom réfléchi est un pronom personnel de la même personne que le sujet. Je me lave. "me" est le pronom réfléchi qui désigne la même personne que "je" donc tournure pronominale !
Contrexemple : Je te lave. "te" ne désigne pas la même personne que "je". Le verbe n'est pas pronominal ! "te" est pronom COD !
Certains verbes sont toujours pronominaux tels se souvenir, s'emparer, s'épanouir, se marier, s'envoler, se dépêcher, etc.
Certains verbes transitifs peuvent être employés de façon pronominale lorsque le sujet fait et subit l'action. Louise s'est lavée au lavabo. Qui a t-elle lavé ? Elle-même !
Retour au sommaire

Le pronom

Le pronom remplace un nom (ou un groupe nominal).
Pierre se leva puis il prit un petit-déjeuner copieux, il se doucha rapidement et enfin il s’habilla d’un jean et d’un col roulé.
"il" pronom personnel sujet de la troisième personne du singulier remplace le nom propre "Pierre". Donc grâce à l’emploi d’un pronom on évite de répéter plusieurs fois "Pierre".

Les pronoms personnels

Un pronom personnel remplace une personne déjà citée par le locuteur.

Un pronom personnel varie en fonction de la personne mais aussi de sa fonction de la phrase : sujet / COD /COI /réfléchi.

Ce livre, Il me le donne. "il" est pronom personnel sujet ; "me" est pronom personnel COI et "le" est pronom personnel COD ; "il" désigne un tiers, "me" désigne le locuteur , "le" désigne le livre.

Tableau des pronoms personnels

sujetCODCOIFormes toniques
1re personne du singulierjemememoi
2e personne du singuliertutetetoi
3e personne du singulieril /elle/onle/la/en/selui/en/ylui/elle
1re personne du plurielnousnousnousnous
2e personne du plurielvousvousvousvous
3e personne du plurielils/ellesles/seleur/en/yeux/elles

Les pronoms "en / y" remplacent des choses ; les pronoms "lui /leur" remplacent des personnes.

Les pronoms toniques

Il s'agit de : moi - toi - lui/elle - nous - vous - eux/elles.

On utilise ces pronoms pour insister sur la personne évoquée.
Toi, tu obéis ! Ils sont riches, eux.
Ils sont aussi utilisés dans une phrase impérative construite avec un verbe pronominal en guise de pronom réfléchi. Lève toi ! Habillons nous !
Dans une phrase impérative pronominale le pronom tonique se place après le verbe.

Les pronoms toniques sont utilisés aussi après certaines propositions. Je vais chez moi. Il pense à eux.
Ils sont utilisés également après "c'est / ce sont". Qui est là ? C'est moi !

Les formes élidées des pronoms personnels

Devant un nom commençant par une voyelle ou un H muet je, me, te, le, se perdent le "e" et s’écrivent : j’ m’, t’, l’, s'
Il faut dire : Je hume (H aspiré) & j'honore (H muet).

Les pronoms personnels "en" et "y"

Ces pronoms peuvent être COI (voir tableau précédent) mais ils peuvent être aussi CC !
De chez le coiffeur, j'en sors !
En vacances, j'y suis !

Le pronom personnel "on"

Il s’emploie uniquement pour désigner des humains.
Il peut remplacer "il" ou "elle" : On a sonné.
Il peut remplacer "nous" : On a terminé le travail.
Il peut remplacer "tu" : On est heureuse ?

Mais le verbe est toujours conjugué à la troisième personne du singulier.

Pronoms réfléchis

Dans une phrase construite à la voix pronominale le verbe est précédé d’un pronom personnel de la même personne que le sujet. On parle alors de pronom réfléchi. Il s'agit donc d'une forme particulière de pronom personnel COD.
Exemple : je me lève, tu te lèves, il se lève, nous nous levons, vous vous levez, ils se lèvent.
Les pronoms réfléchis sont donc aux différentes personnes : me, te, se, nous, vous, se.

Rappel : dans une phrase impérative à la voix pronominale il faut utiliser les pronoms personnels toniques. Lave toi ! Habille toi !

Attention, ce n'est pas parce que vous avez deux pronoms personnels qui précèdent le verbe que le deuxième est forcément un pronom réfléchi. Je te photographie. "te" est pronom COD et non pas pronom réfléchi. "je" : première personne du singulier et "te" : deuxième personne du singulier. Il ne s'agit donc pas d'une tournure pronominale !
Dans une tournure pronominale il y a forcément les couples : je & me, tu & te, etc.

Les pronoms possessifs

Les pronoms possessifs remplacent un nom précédé d’un adjectif possessif.
Les pronoms possessifs varient en genre et en nombre en fonction du possesseur et du possédant.
Ma voiture est vieille. La tienne est toute neuve. "La tienne" équivaut à "ta voiture.
Mes vêtements sont sales. Les tiens sont tout propres. "Les tiens" équivaut à "tes vêtements".

Ne pas confondre les pronoms possessifs avec les déterminants possessifs ("adjectifs possessifs"). Les premiers se distinguent par la présence d’un article et par l’accent circonflexe sur le "O" : le/la nôtre, le /la vôtre, les nôtres, les vôtres.

Pronoms démonstratifs

Ils permettent de distinguer au sein d’un groupe d’êtres ou d’objets un élément ou un sous groupe.
Une pastèque mûre, prenez celle-ci !
Un melon bien mûr, prenez celui-ci !
Des photos, celles de Julien sont les plus réussies.
Des croquis, ceux de Maryse sont les plus réussis.

Emploi du pronom démonstratif "ce"

Il remplace un groupe nominal. Nous avons un gros déficit ; c’est fâcheux.

Emploi des pronoms ceci, cela, ça

"Ceci" n’est plus très utilisé. Quant à "cela" on lui préfère sa forme contractée : "ça".

Emploi des formes composées

Ils remplacent un groupe nominal. De toutes ces maisons c’est celle-là que je préfère.
Les formes se terminant pas "-ci" ne sont plus très utilisées. On préfère les formes se terminant par "-là".

Les pronoms interrogatifs

On distingue les pronoms interrogatifs simples et les pronoms interrogatifs composés.

Les pronoms interrogatifs simples

Construction : qui / que / quoi OU préposition + qui / que / quoi.
Les prépositions sont : à, de, en, avec, etc.

Exemples :

Qui frappe à la porte ? Le pronom QUI est sujet et c'est un humain.
Qui avez-vous vu ? . Le pronom QUI est COD et c'est un humain.
Qu' avez-vous vu ? . Le pronom QU' (élision de QUE) est COD et c'est une chose.
Que manges-tu ? Le pronom QUE est COD et c'est une chose.
A qui Henri parlait ? Le pronom A QUI est COI et c'est un humain.
De quoi parliez-vous ? Le pronom DE QUOI est COI et c'est une chose.
Avec qui Jeanne a t-elle joué au tennis ? Le pronom AVEC QUI est CC et c'est un humain.
Avec quoi as-tu fixé le tableau ? Le pronom AVEC QUOI est CC et c'est une chose.

Donc il faut utiliser QUI s'il s'agit d'un humain et QUE/QUOI s'il s'agit d'une chose.

Dans le langage courant on utilise plutôt les tournures "qui est-ce qui" et "qu'est-ce que".
Qui est-ce qui frappe à la porte ? Le pronom est sujet et un humain.
Qu’est-ce qui ne marche pas ? Le pronom est sujet est une chose.
Qu’est-ce que tu as vu ? Le pronom est COD et une chose.
À quoi est-ce que tu penses ? Le pronom est COI et une chose.
Avec qui est-ce que Denise vas au ciné ? Le pronom est CC et un humain.
En quoi est-ce que tu te déguises ? Le pronom est CC et une chose.

Grâce à l'emploi de ces tournure l'inversion du sujet est évitée dans la phrase interrogative.

Pronoms interrogatifs composés

Il s'agit de "lequel" et de ses dérivés : "auquel, duquel".

Attention aux formes contractées lorsque "lequel" est précédé de "à" ou "de".

Les pronoms interrogatifs composés servent à poser une question offrant un choix entre des personnes ou des choses dans la réponse.

Parmi tous ces films, lesquels avez-vous vus ? . Le locuteur attend une réponse multiple.
De tous vos amis, auxquels faites vous le plus confiance ? . Le locuteur attend un nom en réponse.
De tous vos tableaux, desquels êtes vous le plus fier ? . Le locuteur attend une réponse multiple.

"Auquel" est remplacé dans le langage courant par "à qui" et "duquel" par "de qui". Cette pratique est correcte à condition qu'il s'agisse d'une personne. De tous vos amis, à qui faites vous le plus confiance ?

Les pronoms relatifs

Le pronom relatif permet d'introduire une proposition subordonnée relative. Dans la subordonnée relative le pronom remplace un nom (ou groupe nominal) de la proposition principale : l'antécédent.
L'antécédent est placé juste avant la pronom relatif.

Les pronoms relatifs simples

les pronoms relatifs simples sont : qui, que, où, dont
Ils peuvent assumer différentes fonctions dans la subordonnée.

"Qui" est sujet dans la subordonnée.
Regarde la jolie fille qui danse. "qui" est sujet et a pour antécédent "jolie fille".
C’est le chemin qui mène à la petite chapelle. "qui" est sujet et a pour antécédent "le chemin".

"Que" est COD dans la subordonnée.
J'ai rencontré le professeur que vous connaissez bien. "que" a pour antécédent "le professeur" ; est COD dans la subordonnée.
Le roman policier que je lis actuellement, est passionnant. "que" a pour antécédent "roman policier" ; est COD dans la subordonnée.

"Où" est CC dans la subordonnée.
Il est mort dans la ville il était né. "où" a pour antécédent "la ville" ; est CC de lieu.
Cette photo a été prise le jour il est né. "où" a pour antécédent "le jour" ; est CC de temps.

"Dont" est complément du nom ou COD dans la subordonnée.
Il vient de voir le film dont je t’ai parlé. "dont" a pour antécédent "le film" ; est COI dans la subordonnée.

Les pronoms relatifs composés

les pronoms relatifs composés sont : lequel et ses dérivés (auquel, duquel).
Ils peuvent être précédés d'une préposition : à, de, avec, sur, ...

Rappel : il ne faut pas dire "à lequel" mais "auquel" ; ne pas dire "de lequel" mais "duquel"

Quelques exemples :
Le train dans lequel je suis monté, était presque vide. "lequel" à pour antécédent "le train".
La chaise sur laquelle tu es assis, est fragile. "laquelle" a pour antécédent "la chaise".
L’homme à côté duquel tu es assise, est mon beau-frère. "duquel" a pour antécédent "l’homme".
Les individus auxquels tu penses, sont peu recommandables. "auxquels" a pour antécédent "les individus".

"Auquel" est remplacé dans le langage courant par "à qui" et "duquel" par "de qui". Cette pratique est correcte à condition qu'il s'agisse d'une personne.

Les filles à qui tu parles. : correct !
Les affaires à qui tu penses. : incorrect car l'antécédent est une chose! Il faut dire : Les affaires auxquelles tu penses.

Les pronoms indéfinis

Nul n’est censé ignorer la loi.
Personne n’est venu.
Je vois peu d'employés. Plusieurs sont repartis et certains sont restés chez eux.

On peut classer les pronoms indéfinis selon la quantité qu’ils expriment.

quantitéPronoms indéfinis correspondants
NulleNul, personne, aucun, rien
singularitéquelqu’un, quelque chose, n’importe qui, n’importe quoi, n’importe lequel, qui que ce soit, quoi que ce soit, chacun
PluralitéPlusieurs, beaucoup, certains, la plupart, quelques-uns, n’importe lesquels
totalitéTout, tout le monde, tous, toutes
entitéL’autre, les autres, le même, la même, les mêmes, tel, telle, tels, telles

Retour au sommaire

Préposition, conjonction, interjection

Je regroupe dans le même chapitre ces trois classes de mots qui ont un point commun ; ce sont des mots invariables.

Les prépositions

Rôle des prépositions

Les prépositions sont des mots invariables qui permettent d’indiquer la fonction du mot ou groupe de mots qui suit.
Dans les langues casuelles comme le latin classique il n'y a pas de préposition c'est la terminaison du mot qui indique sa fonction.

Je vous déposerai vers 20 heures en voiture devant la gare.

Ici les trois prépositions relient directement le verbe "déposer" à trois groupes de mots.
Mais les prépositions peuvent créer aussi une relation avec un mot autre que le verbe.

J’aime boire une tasse de café après le déjeuner.
"de" introduit "café" qui est complément du nom "tasse". "De" n’est pas ici en relation avec le verbe mais crée un relation entre deux noms du groupe COD.
"Après" introduit un complément circonstanciel de temps en relation avec le verbe.

Forme des prépositions

Classement des prépositions en fonction du sens

senslocutions
ButEn vue de, afin de, pour, dans l’intention de, etc.
ConditionÀ condition de, à moins de, dans le cas de, etc.
LieuÀ l’intérieur de, dans, sur, entre, au dessus de, en dessous de, à travers, autour de, parmi, etc.
TempsAvant, après, dès, depuis, jusque, pendant, etc.
CauseÀ cause de, attendu, en raison de, vu, etc.

Les conjonctions

Les conjonctions sont des mots invariables qui permettent de relier des mots ou groupes de mots.

Conjonctions de coordination

Elles sont au nombre de 7 : Mais - ou - et - donc - or - ni - car .

Ces conjonctions permettent de relier des mots ou groupes de mots qui ont la même fonction.
Il fait froid et sec. "et" relie deux adjectifs qualificatifs.
Samuel ou Paul viendront vous chercher. "ou" relie les deux sujets.
Il n’aime ni le foot ni le tennis. "ni" relie deux COD

Conjonctions de subordination

Elle sont utilisées pour réunir une proposition subordonnée conjonctive à une proposition principale.
Il y a donc une relation de dépendance entre les deux propositions.
Je ne t’attendrais pas si tu étais en retard. Proposition principale : "je ne t’attendrais pas" ; proposition subordonnée : "si tu étais en retard".
Devant un mot commençant par une voyelle il faut élider SI. S'il croit qu'il me fait peur !

Les locutions conjonctives contiennent le plus souvent le mot "que" : après que, avant que, dès que, depuis que, alors que, à condition que, attendu que, vue que, parce que, pourvu que, etc.
Mais il y aussi : même si, quoique, puisque, ...

Les interjections

Il s’agit de mots invariables qui ont un grande valeur expressive et sont utilisés à l’oral.
L’interjection constitue à elle seule une phrase suivie d’un point d’exclamation.


Retour au sommaire

Les fonctions

Nous avons vu qu’un mot appartient à une seule classe c’est à dire qu’un mot n’a qu’une seule nature (sauf de rares exceptions telles les mots tout, en, de, etc.).
Ainsi TOUT peut être adverbe ou déterminant ou pronom. DE peut être déterminant (article) ou préposition.

Certaines classes de mots sont poly-fonctionnelles. C’est le cas des noms, des adjectifs qualificatifs et même des verbes. Ainsi un nom peut être sujet ou complément du verbe ou complément d'un autre nom.

D’autres classes de mots sont mono-fonctionnelles. Ainsi les déterminants ne peuvent que préciser un nom commun.

La fonction sujet

Identification du sujet

Le sujet forme avec le groupe verbal la phrase minimale. Le vieil homme fumait. Ici le sujet est "le vieil homme".
Mais l’identification du sujet n’est pas toujours aussi évidente. Le sujet n'est pas toujours placé avant le verbe.
Voilà ce que feront tes ennemis.
Le sujet répond toujours à la question "Qui" ou "que" suivie du verbe.
Qui feront ? Tes ennemis.

Il y a de plus en plus de jeunes qui se droguent.
"Il" : sujet apparent. "De jeunes" : sujet réel.

L’identification du sujet est importante car le verbe s’accorde avec le sujet.
Qui se drogue ? Les jeunes ! Donc il faut écrire "droguent".

Place du sujet dans la phrase

Le groupe sujet est le plus souvent à gauche du verbe.
Cependant dans la phrase interrogative de style soutenu il y a inversion du sujet si celui-ci est un pronom personnel.
Irons-nous en vacances cet été ? Notez la construction : verbe + tiret + pronom sujet.
Attention si le sujet est un nom il reste à sa place et un pronom personnel est ajouté après le verbe. Les Dubois iront-ils en vacances cet été ?

Nature du sujet

Phrases particulières

Il peut y avoir plusieurs sujets alors le verbe est au pluriel. Toi et moi iront à la piscine ce soir.
Il peut y avoir plusieurs verbes et un seul sujet alors chaque verbe s’accorde avec le sujet. Paul plonge, nage vigoureusement.

La fonction complément du verbe

Chaque jour Henri lit le journal tout en prenant son petit déjeuner.
"Chaque jour" : CC de temps.
"Henri" : sujet.
"le journal" : COD.
"tout en prenant son petit déjeuner" : CC de manière.

Les compléments essentiels sont : le COD, le COI et le COS.

Les différents compléments du verbe sont traités en détail ci-dessous.

Le COD (Complément d'Objet Direct)

Définition

Le COD est un complément essentiel car s'il est supprimé la phrase n'a plus de sens.
Le COD représente l'être ou la chose sur lesquels portent l'action exprimée par le verbe. Le COD s'accroche directement au verbe : pas de préposition.

Exemple : Le professeur note les copies du brevet.
Qui note ? "Le professeur". On a identifié le sujet !
Le professeur note quoi / qui ? "Les copies du brevet". Donc il y a un COD.

Nature du COD

Voix passive

Une phrase avec un COD peut être mise à la voix passive.

Phrase active : Le professeur note les copies du brevet.
Équivalent à la voix passive : Les copies du brevet sont notées par le professeur.

Dans le cadre de la transformation passive d’un phrase le COD devient sujet ; le sujet devient complément d’agent; le groupe verbal est conjugué à la voix passive (verbe "être" + participe passé du verbe).

Le COI (Complément d'Objet Indirect)

Définition

Le COI est un complément essentiel car s'il est supprimé la phrase n'a plus de sens.
Le COI est placé en général après le verbe et est introduit par une préposition (à, de).

Exemple : La voisine parle à sa bru ?
Qui parle ? "La voisine". On a identifié le sujet !
A qui parle-t-elle ? "à sa bru". Donc il y a un COI !

Il peut y avoir deux COI dans une phrase. La voisine parle à sa bru de ses problèmes.
A qui parle-t-elle ? A sa bru !
De quoi parle-t-elle ? De ses problèmes !

Nature du COI

Le COS (Complément d'Objet Second)

C'est le nom donné à un COI lorsque dans la phrase y a déjà un COD. Donc à un même verbe sont liés deux compléments essentiels.
Exemple : Paul a reçu des nouvelles de sa mère.
Sujet : "Paul".
COD : "des nouvelles".
COI : "de sa mère". COI lié à un COD donc COS !

Le COS se rencontre après un verbe ayant besoin de deux compléments. Donc un verbe ayant le sens de prendre, donner, dire.
Donner / prendre / dire quelque chose à/de quelqu'un.

Les compléments circonstanciels (CC)

Définition

Il s’agit de compléments facultatifs c’est à dire qu’ils peuvent être supprimés de la phrase.
Cependant dans certains cas le sens de la phrase change radicalement en cas de suppression des CC.
Jacques boit avec ses amis au comptoir.
"Avec ses amis" et "au comptoir" sont des CC.
Si on efface les deux CC la phrase devient : Jacques boit. En d’autres termes Jacques est alcoolique.
Les CC sont déplaçables. Avec ses amis Jacques boit au comptoir.

En général le CC est introduit par une préposition. Les plus courantes sont : dans, avec, pour, contre, après, pendant, avant, après, à cause de, vers, lors, etc.
Cependant certains CC peuvent se construire sans préposition : La nuit, je dors !

Les types de CC

Nature du CC

La fonction attribut du sujet

Un verbe d’état est obligatoirement suivi d’un attribut du sujet qui s'accorde avec ce dernier.

Les verbes d'état

Jeanne parait (NO) très fatiguée. "Paraitre" est un verbe d’état.

Les verbes d’état sont : être - devenir - sembler - rester - demeurer - paraitre(NO) et certaines tournures : avoir l’air de, passer pour, être considéré comme, etc.

La nature de l'attribut du sujet

La fonction attribut du COD

Un adjectif peut être attribut du COD.
J'ai trouvé cette décision très sévère. L'adjectif "sévère" est attribut du COD "décision". En effet un verbe d'état est sous-entendu. On pourrait dire : J'ai trouvé que cette décision est très sévère.
L'attribut du COD s'accorde avec ce dernier.
Un adjectif se retrouve en fonction d'attribut du COD avec des verbes exprimant un avis, un choix tels : croire, juger, faire, estimer, rendre, trouver, nommer, laisser, appeler, etc.

Les fonctions autour d’un nom

Nous venons de voir les fonctions autour du verbe de la phrase : sujet, compléments du verbe (essentiels et circonstanciels), attribut du sujet.
Chacune des ces fonctions peut être assurée par un groupe de mots comprenant un nom en particulier.

Nous allons maintenant examiner les fonctions autour du nom : épithète, complément du nom, déterminant.

La fonction épithète d'un nom

Un adjectif qualificatif est en fonction d’épithète lorsqu’il précise un nom.
La maison inhabitée se dressait derrière un haut bosquet.
Cette phrase comprend un groupe sujet une groupe CC de lieu.
"Inhabitée" est épithète du nom "maison" dans le groupe sujet et "haut" est épithète du nom "bosquet" dans le groupe CC.

L’épithète est en général placé après le nom sauf pour les adjectifs les plus courants comme brave, petit, beau, etc.
Selon que l’adjectif épithète est placé avant ou après le nom le sens peut être différent. Un grand homme. Un homme grand.
Un nom peut avoir plusieurs épithètes dans ce cas ils sont coordonnés. Une grande et belle femme.

La fonction complément du nom

Il s’agit d’un nom qui complète un autre nom dans un groupe de mots.
Je vois passer un train de marchandises. "marchandises" : complément du nom "train".
Le complément de nom est introduit par une préposition : à , de, en, pour, etc.

Attention le complément de nom ne s’accorde pas avec le nom qu’il précise. Le complément de nom est au singulier ou au pluriel selon le sens.

Des portes en chêne. "chêne" au singulier car on évoque la matière.
Un paquet de cigarettes. "cigarettes" au pluriel car un paquet contient plusieurs cigarettes.


Retour au sommaire