Mon site - accueil

Sommaire

Français facile : orthographe d'usage

Les accents

L'orthographe d’un mot doit restituer le plus fidèlement possible sa prononciation. Par exemple il faut distinguer le E fermé comme dans le mot  ; du E ouvert comme dans dès et du E atone comme dans le mot de.
La première solution a été d’ajouter des lettres. Ainsi les scribes au Moyen Age faisaient suivre la lettre E de S ou Z pour préciser un E fermé.
Mais progressivement les imprimeurs ont introduit les accents. C’est Pierre Corneille qui a imaginé l’accent grave pour signaler un E ouvert.

L’accent aigu

L'accent aigu est placé sur la lettre E pour indiquer un E fermé comme dans l’adjectif épatant.
Mais dans certains cas il est absent !

L’accent grave

L'accent grave se place sur les voyelles suivantes : A,E,U
Sur les lettres A et U il permet de distinguer les homonymes.

Placé sur la lettre E l'accent grave indique qu’il faut prononcer un E ouvert.
Mais il n’y a jamais d’accent grave devant une consonne double ou un groupe de consonnes. Ainsi il faut écrire sans accent : jette, appelle,...

L’accent circonflexe

L’accent circonflexe se place sur les voyelles A,E,I,O,U de certains mots.
L'accent circonflexe permet de distinguer des homonymes.

Dans le cadre de la réforme de l’orthographe l'accent circonflexe disparait sur les voyelles I et U (mais pas sur les autres voyelles). 

Pour plus d'explications voir la fiche suivante qui porte justement sur la fameuse réforme de l'orthographe !

Retour au sommaire

Majuscule ou minuscule ?

Les règles

On met une majuscule (ou capitale) à la première lettre d’une phrase, d’un nom propre, d’une grande période historique : la Révolution française - la Première Guerre Mondiale , d’une marque :un verre de Pepsi, d’un titre :Docteur - Maitre - Majesté - Colonel .

On écrit aussi avec une majuscule les nationalités, les peuples, les gentilés. Un Français - un Breton, un Lillois (habitant de la ville de Lille).

Par contre l’adjectif correspondant est avec une minuscule. Il est français - il est breton – il est lillois.

Retour au sommaire

Orthographe et prononciation

Dans une fiche précédente les accents qui précisent la prononciation de certains mots ont été évoqués.
Voyons d'autres règles qui visent aussi à préciser la prononciation d'un mot via son orthographe : élision, tréma, cédille, insertion d'un E, etc.

Sachez cependant que rien dans la graphie d'un mot ne permet de distinguer un H muet d'un H aspiré ; la prononciation [SH] ou [K] du couple CH.
Il faut connaitre les prononciations de ces mots !

Élision

Lorsqu’un mot se terminant par une voyelle est suivi d’un mot commençant aussi par une voyelle il peut y avoir élision ce qui veut dire que la voyelle finale du premier mot est remplacée une apostrophe.
On écrit et on dit : L’affaire est mal engagée et non pas La affaire est mal engagée. On dit qu’il y a élision de l’article "la".
Attention il n’y a pas élision de tous les mots mais seulement des articles le, la et des pronoms me, te, se, ce et de certaines prépositions et conjonctions : de, jusque, lorsque, puisque, que, quoique, si, etc.

Le H en début de mot

Le H initial ne se prononce jamais mais il peut être muet ou aspiré.

Le H muet

Le H muet permet l’élision de la voyelle qui précède et à l'oral il faut faire la liaison.
Il faut écrire : L’horreur donc faire l'élision.
Il faut écrire Les herbes et prononcer [lézerbes] donc faire la liaison.

Le H aspiré

Le H aspiré ne permet ni l’élision ni la liaison.
Il faut écrire : Le haricot - la haine et prononcer [le arico], [la ène] ; pas d'élision.
Il faut écrire : Les haricots - les haines et prononcer [lé arico], [lé ène] ; pas de liaison.

Dans un dictionnaire un mot débutant par un H aspiré apparait précédé d’un astérisque ou d'une apostrophe.

Le H à l’intérieur d’un mot

Le H entre deux voyelles

Il indique qu’il faut prononcer chacune des voyelles qu’il sépare ; il équivaut donc à un tréma sur la deuxième voyelle.

Le H après une consonne

Après la plupart des consonnes le H ne se prononce pas : thermes, adhérer, .... Il s'agit d'un H étymologique.
La suite CH est le plus souvent prononcée [SH] : chaud, chameau, échéance, chance, ... mais exceptionnellement il est prononcé K : chiton, chlore, orchestre, chorale, archaïque, ...
La suite PH se prononce toujours [F] : éléphant, paragraphe, .... Le graphisme PH indique l’origine grecque du mot.
Contre-exemple : le mot nénufar doit désormais s'écrire avec un F car il est d'origine arabe et non pas grecque.

Le tréma

Le tréma se met sur une voyelle pour indiquer que l’on prononce séparément la voyelle qui précède exactement comme si il y avait un H entre ces deux voyelles.
Exemple : haïr [hahir], coïncidence [cohincidence], héroïne [érohine], hémorroïde [émorohide]
Donc le tréma se place sur la deuxième voyelle !

La cédille

Les verbes en -CER prennent une cédille à certains temps et certaines personnes afin de garder le radical du verbe tout en indiquant un changement de prononciation. Il lançait, nous lançons, il avança.
La cédille se place sous la lettre C devant les voyelles A, O et U pour noter le son [S]. Sans la cédille les suites CA, CO, CU se prononceraient respectivement [ka, ko, ku]

Insertion d'un E

Les suites GA, GO, GU se prononcent [ga, go, gu]
Dans certaines formes verbales et pour garder le radical du verbe, un E est inséré entre le radical et la terminaison pour indiquer qu'il faut prononcer [ja,ju,jo].
Manger → je mangeais - nous mangeons

Le T euphonique

Euphonique : qui est agréable à entendre.
Dans une phrase verbale de style soutenu il y a inversion du sujet. Vient-elle à la fête ? Notez aussi le trait d’union entre le verbe et le pronom.
Pour éviter la rencontre de deux voyelles on place un "t" à la troisième personne du singulier entre le verbe et le pronom qui suit si la forme verbale se termine par A ou E. Coupe-t-il le pain ? Mangera-t-il ici ? 

Le S euphonique

A l'impératif deuxième personne du singulier les verbes du premier groupe et "aller" ne prennent jamais de S sauf dans un cas précis.
Il faut en effet rajouter un S au verbe lorsque ce dernier est suivi des pronoms EN ou Y. Va vite ! mange ta soupe ! Sans S mais : Vas-y ! Manges-en ! Un S euphonique !

Les terminaisons muettes

En français il est fréquent que les terminaisons ne se prononcent pas ; elles ont un rôle uniquement grammatical !

Ainsi la terminaison "ent" dans une forme verbale est muette. Pierre et Pauline président conjointement la réunion. Il faut prononcer [préside] !
Par contre à la forme interrogative la terminaison se prononce comme un T euphonique. Pierre et Pauline président-ils la réunion. Il faut prononcer [présidetil].
Dans les autres cas la terminaison "ent" se prononce. Il est très violent. Ici le mot "violent" est un adjectif verbal.

Certaines consonnes finales sont muettes. Ces lettres finales qui ne se prononcent pas font partie de la graphie pour indiquer la famille à laquelle appartient le mot. Pour retrouver la terminaison muette il suffit de remplacer le mot par son féminin ou par le verbe de la même famille.

Le E final ajouté à la forme féminine d'un nom ou d'un adjectif ne se prononce pas en général sauf si le E est précédé d'une consonne. La lettre a été lue [lu] par Marie. La leçon a été apprise [apprise] par coeur.

Le S final ajouté au pluriel d'un nom ou d'un adjectif qualificatif est muet.

Retour au sommaire

La réforme de l'orthographe

Pertinence des rectifications ?

Les rectifications orthographiques n'ont pas un caractère obligatoire.
Les détracteurs de cette réforme ont beaucoup insisté sur les rectifications les plus discutables ; la nouvelle graphie de "oignon" en "ognon" par exemple. Il est vrai que ce mot d'usage courant n'est pas source de faute.
Mais, à mon humble avis, cette réforme est globalement positive et elle ne va pas assez loin en matière grammaticale.
Oui, l'accord du participe passé avec le verbe "avoir" est délicat. Ne faudrait-il pas le supprimer ?
Quant aux rectifications contestées c'est l'usage qui tranchera ...

Objectifs de la méthode

La réforme vise à rendre l’orthographe plus cohérente, à supprimer de nombreuses anomalies.

Examinons maintenant les différentes facettes de cette fameuse réforme !

Les numéros composés

Les éléments d'un numéral composé sont obligatoirement reliés par des traits d'union.
Il faut donc écrire : vingt-et-un, quatre-cents, quatre-vingts, trente-troisième (adjectif ordinal).

Le pluriel des noms empruntés

Les mots d'origine étrangère (latin, anglais, italien) forment désormais leur pluriel de la même manière que les mots français.
Même au singulier il faut rajouter éventuellement un accent aigu sur le E pour accorder la graphie à la prononciation. Un révolver - un sénior - ...
Quelques mots empruntés de l'étranger au pluriel : des matchs, des ladys, des miss, des scénarios, des révolvers, des maximums, des séniors, des squatteurs, ...

La "soudure" des mots composés

Il faut donc écrire : portemonnaie, contrappel, entretemps, extramuros, infralittoral, socioprofessionnel, weekend, bingbang, tictac, etc.

Le pluriel des mots composés non soudés

Les noms composés d'un verbe et d'un nom prennent la marque du pluriel sur le second élément (le nom).
Il en va de même pour les noms composés d'une préposition et d'un nom.

Nous pouvons donc écrire : des garde-meubles, des cure-pipes, des sans-abris, des après-midis

Cependant quand le nom prend une majuscule (ou est précédé d'un article singulier) il ne s'accorde pas.
Il faut donc écrire : des prie-Dieu ("D" majuscule), des trompe-la-mort (un article devant le nom).

Rappel : un nom composé de deux verbes ne s'accorde pas : des laisser-passer.

L'accent circonflexe

Dans le cadre de la réforme l'accent circonflexe disparait sur les lettres U et I (mais pas sur les autres voyelles).
On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple et dans des cas d'ambigüité.

Nous pouvons donc écrire : il parait que le cout prévisionnel du chantier sera largement dépassé.

Le tréma

Problème

Alors qu’en théorie le tréma indique qu’il faut prononcer la lettre concernée avec un son unique, nous sommes déroutés lorsqu’il y a un tréma sur une voyelle qu’on ne prononce pas.

Proposition

Il faut placer le tréma sur la voyelle prononcée et non plus sur le e muet.
Donc aiguë, ambiguë deviennent aigüe, ambigüe.

L'accent grave

Pour de nombreux mots il y avait incohérence entre la prononciation et l’orthographe. Ainsi il fallait écrire "événement" alors que l’on prononce [évènement], "céderai" alors que l’on prononce [cèderai].

La réforme préconise d’employer l'accent grave (plutôt que l'accent aigu) dans un certain nombre de mots pour faire coïncider la graphie à la prononciation.

Il faut donc écrire désormais : évènement, règlementaire,crèmerie, allègement, ...

On accentue sur le modèle de "semer" les futurs et conditionnels des verbes du type "céder".
Il faut donc écrire désormais : je cèderai, nous procèderons, ...

Conjugaison des verbes en -eter et en -eler

Problème

L’usage n’était pas fixé entre le choix du procédé pour noter le "e ouvert" lors de la conjugaison de ce type de verbe. Soit on redoublait la consonne (ruiselle) ou on ajoutait un accent grave (harcèle).

Proposition

L’emploi du È est étendu à tous les verbes en -eler, -eter. On ne fait exception que pour les verbes appeler, jeter et leurs dérivés (rappeler, projeter, ...).
Exemples : Il chancèle, il amoncèle, il etiquète, je rachète, ... mais j’appelle, tu rappelles, il jette, je projette, ...

Les noms en -ement dérivés des verbes suivent la même orthographe : amoncèlement, ruissèlement, nivèlement, ...

Nouvelle orthographe de certains mots

Les mots anciennement en "olle" et les verbes anciennement en "otter" s'écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du mot ont aussi une consonne simple.
Font exception à cette règle les mots de la famille de "colle, folle et molle".
Nous pouvons donc écrire désormais : corole, bestiole, etc.
Par contre il faut toujours écrire : colle, follement, mollement.

Suppression de certaines anomalies

* Ce mot vient en effet de l'arabe "ninufar" et non pas du grec donc le PH n'avait pas de sens

PPa de "laisser" + infinitif

Vous avez noté que les aspects de la réforme présentés ci-dessous sont de nature lexicale.
La réforme ne modifie qu'une règle d'accord.

Le participe passé de "laisser" suivi d’un infinitif est désormais invariable. Elle s’est laissé mourir de faim.
Rappel : le PPa de "faire" suivi d'un infinitif était déjà invariable. Elle s’est fait prendre par la police.

Retour au sommaire

Confusions grammaticales fréquentes

Confusion entre le verbe et le nom

Au même son peut correspondre un nom ou un verbe (conjugué au présent de l'indicatif). La graphie est différente.
Exemple : Son travail (nom) est épuisant.Il travaille (verbe) jusqu'à l'épuisement.
Phrase à écrire : le forcené [cri]; un [cri] glaçant.
Astuce : mettre la phrase à l’imparfait pour localiser le verbe. Ce qui donne : Le forcené criait ; un cri glaçant.
Donc il faut écrire : Le forcené crie ; un cri glaçant.

Confusion entre infinitif et participe passé

Pour les verbes du premier groupe l’infinitif et le participe passé ont la même prononciation.
Phrase à écrire : j’ai [mangé] avec plaisir ce mets ; je vais [mangé] le même plat ce soir.
Astuce : remplacer par un verbe du deuxième groupe (ou troisième) car dans ce cas les formes infinitif et PPa sont différentes.
Il faut donc écrire : j'ai mangé avec plaisir ce mets ; je vais manger le même plat ce soir.

Confusions entre impératif et infinitif

Pour les verbes du premier groupe l'infinitif et l'impératif (deuxième personne du pluriel) ont la même prononciation.
[tourné] à droite puis au prochain giratoire [prené] la troisième sortie.
En général les phrases de consignes, de recettes sont conjuguées à l'infinitif mais conjuguer à l'impératif n'est pas fautif. Par contre ne mélangez pas les deux temps dans la même phrase.

Confusion entre le participe présent et l’adjectif verbal

Pour la plupart des verbes l’adjectif issu du verbe a la même orthographe que le participe présent. En absorbant (PPr) toute l'eau avec la serpillère. Des éponges très absorbantes (AV) sont commercialisées ici.
Mais il y a quelques exceptions. En violant (PPr) la loi ... Un discours violent (AV).

Pour plus de détails voir la fiche "Participe présent et l'adjectif verbal".

Confusion entre l'indicatif futur et conditionnel présent

A la première personne du singulier les deux formes verbales ont la même prononciation mais pas la même terminaison : "ai" ou "ais".
Si j'étais riche j'achèterais un yacht. Demain j'achèterai un kilo de nectarine au marché.
Dans la première phrase le verbe "acheter" est conjugué au conditionnel présent ( terminaison : "ais") alors que dans la deuxième phrase il est conjugué au futur (terminaison : "ai").
Astuce : en cas doute il faut conjuguer la phrase à la première personne du pluriel. Si nous étions riches nous achèterions chacun un yacht. Demain nous achèterons un kilo de nectarine.

Quelques homonymes (ou homophones) grammaticaux

Je vais maintenant aborder les homonymes grammaticaux à proprement parler.

Les homonymes grammaticaux sont des "mots-outils" qui se prononcent de la même façon mais sont de nature différente.
Exemple : vous devez écrire le mot [é]. Faut-il écrire "es" OU "est" OU "et" OU "ai" OU "aie" OU "aies" OU "aient" ? En d'autres termes s'agit-il du verbe "être" à l'indicatif présent OU du verbe "avoir" (indicatif présent ou subjonctif présent) OU encore d'une conjonction de coordination ? Réponse ci-dessous !

A - à ?

a : c’est une forme conjuguée du verbe "avoir" ; "ont" au pluriel.
à : est une préposition suivie de "la / le" ; "à le" se contracte en "au".
Astuce : mettre la phrase au pluriel ; si on peut remplacer [a] par "ont" il faut écrire "a" (sans accent).

Écrire le mot [dan]

dans : préposition introduisant un CC de temps ou de lieu ; jamais devant un verbe.
d'en : élision de DE EN ; souvent devant un verbe ou dans les locutions adverbiales "d'en haut, d'en bas, ..."

Du - dû ?

du : article partitif ou contracté (= de le) donne "de la" au féminin.
dû : nom synomyme de dette ; PPa du verbe "devoir".
Attention le PPa de devoir perd son accent circonflexe lorsqu'il s'accorde ; dû → due, dus, dues

Écrire le mot [é]

et : conjonction de coordination ; peut être remplacé par une virgule ou par "et puis".
es / est : formes verbales du verbe "être" ; "seras / sera" au futur.
ai : verbe "avoir" à la première personne du singulier de l'indicatif présent ; toujours précédé de JE élidé (j'): j'ai un beau vélo.
aie / aies / ait / aient : formes verbales de "avoir" au subjonctif présent.
Astuce : Le subjonctif toujours employé dans une proposition subordonnée. Il faut que j'aie une bonne note au prochain partiel. Mettre la phrase au futur ; "es / est" devient "seras / sera".

Écrire le mot [la]

la : article féminin ou pronom personnel objet ; "le" au masculin.
indique un lieu ; équivalent de "ici".
l’a : élision LE A ou LA A; "l'avait" à l'imparfait ; "l'aura" au futur.
Astuce : mettre la phrase à l'imparfait et remplacer le féminin par un masculin.

Leur - leurs ?

Ne pas confondre "leur / leurs" déterminant possessif variable et "leur" pronom personnel objet (pluriel de "lui").
Astuce : "leur" est toujours invariable devant un verbe (pronom personnel objet). Devant un nom "leur" est variable.
Des mensonges, ils leur ont dits. Les élèves doivent respecter leurs professeurs.

Ma - m'a ?

ma : déterminant possessif singulier féminin; "mon" au masculin.
m'a : élision de ME A ; "m'avait" à l'imparfait.
Astuce : devant un nom il faut écrire "ma" ; mettre la phrase à l'imparfait.

Écrire le son [mé]

mais : conjonction de coordination ; peut être remplacé par "cependant".
mes : déterminant possessif (un possesseur mais plusieurs possédants par possesseur) ; toujours devant un nom
m'est : élision de ME EST ; "me fut" au passé simple.
met/mets : verbe "mettre" conjugué. "mis/mit" au passé simple.

Écrire le mot [mon]

mon : déterminant possessif singulier masculin ; "ma" au féminin ; "mes" au pluriel.
m'ont : élision de ME ONT ; "m'avaient" à l'imparfait.
Astuce : devant un nom il faut écrire "mon" ; devant un PPa il faut écrire "m'ont".

Ni - n'y ?

ni : conjonction de coordination souvent redoublée équivaut à "pas de".
n'y : élision de NE Y (pronom).
Astuce : Devant un adjectif écrire "ni" ; devant un verbe écrire "n'y".

On - ont ?

on : pronom personnel indéfini ; peut être remplacé par "nous".
ont : forme conjuguée du verbe "avoir" ; "auront" au futur ; "avaient" à l'imparfait.
Astuce : mettez la phrase à l'imparfait ; essayez de remplacer [on] par "nous".

Écrire le mot [or]

or : conjonction de coordination synonyme de : "pourtant, cependant".
hors : synonyme de "en dehors de, à l’extérieur de".

Ou - où ?

ou : conjonction de coordination.
: adverbe ou pronom interrogatif.
Astuce : "ou" (sans accent) est l'équivalent de "ou bien".

Écrire le mot [peu]

peu : adverbe de quantité ; équivalent de "pas beaucoup".
peux / peut : formes verbales du verbe "pouvoir" ; "pouvais / pouvait" à l'imparfait.
Astuce : mettre la phrase à l'imparfait.

Écrire le mot [pluto]

plus tôt : contraire de "plus tard".
plutôt : est suivi de "que de ". "plutôt que de" peut être remplacé par "au lieu de".

Écrire le mot [pré]

près : adverbe donc invariable ; équivalent de "à côté de" ; toujours suivi de "de".
prêt : adjectif ; au féminin "prête" ; toujours suivi de "à".

Écrire le mot [kan]

quand : peut être remplacé par "lorsque"
quant : toujours suivi de "à"; "quant à" peut être remplacé par "en ce qui concerne".
qu’en : contraction de QUE EN ; toujours suivi d'un verbe.

Ecrire le mot [kel]

quel / quels / quelle / quelles : déterminant exclamatif qui s’accorde en genre et en nombre avec le nom.
qu’elle : contraction de QUE ELLE ; "qu’il" au masculin.
Astuce : devant un nom il s'agit du déterminant exclamatif qui s'accorde avec ce dernier ; devant un verbe il s'agit de "qu'elle" ; essayez de remplacer [kel] par "qu'il".

Se - ce ?

ce : déterminant démonstratif ; "cette" devant un nom féminin.
se : un pronom réfléchi ; toujours devant un verbe. "me" à la 1ère personne du singulier.
Astuce : "se" toujours devant un verbe ; "ce" toujours devant un nom.

Sa - ça ?

ça : contraction de CELA ; pronom démonstratif.
sa : déterminant possessif. ; toujours devant un nom.
çà : adverbe de lieu ; utilisé uniquement dans la tournure "çà et là".
Astuce : "ça" peut être remplacé par "cela" ; "sa" par "son" devant un nom masculin et par "ses" devant un nom pluriel.

Écrire le mot [san]

sans : préposition ; remplace "avec aucun".
c’en : élision de CE EN
s’en : élision de SE EN.
cent : un nombre cardinal.
Astuce : "s'en" toujours devant un verbe ;"c'en" peut être remplacé par "cela en".

Écrire le mot [sé]

ces : déterminant démonstratif ; devant un nom ; "ce / cet / cette" au singulier.
ses : déterminant possessif ; devant un nom ; "son / sa" au singulier.

c'est : élision de CE EST ; peut être remplacé par "cela est".
s'est : élision de SE EST ; toujours devant un PPa.
sait : verbe "savoir" ; "saura" au futur.
Astuce : Si vous pouvez ajouter après le nom "-ci" ou "là" il s'agit du démonstratrif "ces".

Si - s'y ?

si : adverbe d'intensité (équivaut à "tellement") OU d'affirmation (=oui) OU conjonction précisant une hypothèse.
s’y : contraction de SE Y ; toujours devant un verbe.
Astuce : "s'y" toujours devant un verbe ; "si" peut être remplacé par "tellement" ou "oui" ou "même si"

Son - sont ?

son : déterminant possessif ; "ses" au pluriel; "sa" au féminin.
sont: forme conjuguée du verbe "être" ; "seront" au futur ; "étaient" à l'imparfait.
Astuce : mettre la phrase au futur (imparfait) et au pluriel.

Écrire le mot [soi]

sois / soit / soient : subjonctif présent et impératif du verbe "être".
soi : pronom tonique utilisé dans les expressions invariables telles "chez soi", "à soi", "soi-disant", ...
soit: conjonction qui exprime une hypothèse ou une alternative.
Astuce : mettre la phrase au pluriel. Il faut que je [soi] fort. devient Il faut que nous soyons fort. C'est donc le subjonctif du verbe "être" !

Accorder ou pas TOUT ?

Voici un mot qui est souvent source de fautes ! Car TOUT peut être adverbe ou déterminant indéfini ou pronom voire nom.

Tout : adverbe ; synonyme de "complètement" ; invariable.
Tout : adjectif indéfini qui s'accorde. Tous les hommes de bonne volonté. Toutes les filles de joie.
Tout : pronom indéfini qui s'accorde. Ces filles, je les connais toutes.

Astuce : TOUT devant un adjectif est adverbe (on peut le remplacer par "entièrement") donc invariable sauf devant un adjectif féminin commençant par une consonne (ou un H aspiré). On rajoute alors à l'adverbe TOUT une E euphonique. Elle est rentrée de vacances toute hâlée.
Devant un nom TOUT est adjectif indéfini et s'accorde avec le nom.

Phrase à écrire : [tou] les jours elle se lève à 7 heures et elle est [tout] somnolante.
Il faut donc écrire : Tous les jours elle se lève et elle est toute somnolente. Le premier TOUT est adjectif indéfini, le deuxième est adverbe. Ici les deux s'accordent puisque que "somnolante" est un adjectif féminin commençant par une consonne.

Autres confusions possibles

Les adjectifs possessifs "notre" et "votre" n'ont pas d'accent circonflexe sur le O alors que les pronoms possessifs "le nôtre" et "le vôtre" sont accentuée.

En un seul mot ou en deux mots ?

Pourquoi est-il revenu ? L’adverbe interrogatif "pourquoi" en un seul mot.
C’est ce pour quoi il est venu. Tournure [pour quoi] en deux mots = "chose pour laquelle".

Quel que soit votre jugement. Quelles que soient vos intentions. Devant le verbe "être" au subjonctif il faut écrire [quel que] en deux mots.
J’ai quelques amies. De quelque manière que soit. Devant un nom il faut écrire [quelque] en une seul mot car il s'agit du déterminant indéfini ; avec ou sans "s".

Quoiqu’il fasse mauvais temps je vais courir. Conjonction "quoique" en un seul mot. Peut être remplacée par "bien que".
Quoi qu’il en soit ... En deux mots dans le sens "quelle que soit la chose que".

Exercice sur les homonymes grammaticaux

Écrivez correctement les mots écrits phonétiquement (entre crochets).

Il [a] mieux à faire.
Je ne pense qu’[a] son bonheur.
[a] demain !
[sa] n’est pas difficile.
[sa] voie est toute tracée.
Comment [sa] va ?
Il [san] lave les mains.
[san] chemise [san] pantalon.
[san] est décidé, je viens !
Il ne [san] pas la rose.
Il est sans [sé] propres outils.
[sé] romans-là sont passionnants.
Il [sé] cassé le bras.
Il [sé] bien sa leçon.
[sé] en forgeant qu’on devient forgeron.
J’arrive [dan] une minute.
Du vin, merci. Je viens [dan] boire.
Il [é] bon élève.
Le sel [é] le poivre.
Ce crime, tu [la] avoué.
La poupée, [la] petite fille [la] veut.
Posez [la].
Tu [la] respectes.
[ni] pense pas !
 "[ni] Dieu [ni] maître"
Il [ni] a pas si longtemps.
Ses parents [on] honte pour lui.
[on] a beaucoup aimé.
Ils [on] trop attendu.
[on] a trop attendu.
[or] de ma vue !
On craignait le mauvais temps [or] il fit beau.
Il m’a mis [or] de moi.
Fromage [ou] dessert ?
L’année [ou] nous nous sommes rencontrés.
C’est lui [ou] moi !
[kan] aux vacances …
[kan] arrives-tu ?
Mon travail, [kan] penses-tu ?
Je ne sais [si] je peux lui faire confiance.
Ce travail, il [si] met de suite.
Dès qu’on lui donne une tache, il [si] consacre totalement.
Ces élèves [son] méritants.
Il ne sort jamais sans [son] chien.
Ce ne [son] que des imbéciles.
[soi] fort !
On est bien chez [soi]
On ne peut compter que sur [soi]

Correction en fin de page !

Retour au sommaire

Les mots et expressions qu'on a du mal à écrire

Des mots qui sont souvent mal orthographiés

Je ne reprends pas ci-dessous les homonymes lexicaux et grammaticaux mais des mots qui posent problèmes pour d'autres raisons : confusion avec un mot anglais, graphie officielle illogique, ignorance de certaines règles de construction des mots, etc.

Abondamment et non pas abondament. Apparemment et non pas apparement.
Règle de construction : les adverbes dérivés des adjectifs en "ant" s'écrivent "amment". Les adverbes dérivés des adjectifs en "ent" s'écrivent "emment". Dans les deux cas notez le doublement du M !
Autres exemples : bruyant → bruyamment ; étonnant → étonnamment mais : violent → violemment ; patient → patiemment

Accueil et non pas acceuil. Le son [euil] s’écrit "ueil" après un C ou un G.
Ainsi on écrit : orgueil, cercueil, recueil, ...

Cauchemar et non pas cauchemard. La graphie fautive est pourtant assez logique puisque le verbe dérivé est "cauchemarder".

Chacun et non pas chacuns. Chaque et non pas chaques.
Les déterminants "chacun" et "chaque" n’existent qu’au singulier.
"Chaque" et "chacun" sont des mots qui traitent successivement les éléments d’un ensemble d’où le singulier. Ils ont chacun leur voiture et non pas Ils ont chacuns leur voiture.
Les pronoms qui se rapportent à ces déterminants doivent être aussi au singulier. Chacun est rentré avec son colis et non pas Chacun est rentré avec leurcolis.

Un champ et non pas champs. Par contre corps,temps, ... ont un S au singulier du fait de la prononciation ancienne.

Une demi-heure et non pas une demie-heure.

L’adjectif "demi" devant un nom est invariable. Des demi-journées. Notez bien le trait d’union entre "demi" et le nom qui suit.
Par contre après le nom il s'accorde mais uniquement en genre. Une heure et demie – trois jours et demi.

Le travail est fatigant et non pas fatiguant. Le plus souvent l’adjectif verbal a la même graphie que le PPr sauf pour ceux dérivant des verbes en "guer" et "quer".

VerbePPrAdjectif verbal
CommuniquerCommuniquantcommunicant
IntriguerIntriguant Intrigant
FatiguerFatiguantfatigant
VaquerVaquantvacant
NaviguerNaviguantNavigant

Davantage et non pas d’avantage. Confusion avec le nom "avantage" (= privilège) alors que "davantage" est synonyme de "plus de".
Par contre d’ailleurs est en deux mots !

Répercussion et non pas répercution. Pratiquement tous les noms féminin se terminant en [sion] s’écrivent « tion » sauf discussion, répercussion.

Dépens et non pas dépends. Confusion avec la forme verbale du verbe "dépendre" : je dépends de ...

J’envoie et non pas j’envois. Verbes du premier groupe donc terminaisons à l’indicatif : e – es – e – ons – ez – ent.
Confusion avec le verbe « voir » qui lui est du troisième groupe.

Enveloppe et non pas envelloppe. Dans le même registre : "développer".

Une Exigence et non pas exigeance. Le nom et l'adjectif dérivés d'un verbe ont souvent la même graphie. Il suffit d'ajouter le suffixe "ant" ou "ent" au radical du verbe. Ainsi : adhérer → adhérent (AV et nom) - suivre → suivant (AV et nom) - ...
Ce n'est pas le cas avec le verbe "exiger" qui donne l'AV "exigeant" (identique au PPr) et le nom féminin "exigence".

Familier et non pas familié. Passager et non pas passagé.
Cette confusion vient des PPa "fatigué, épuisé, soulagé, ... ". Ici il s’agit d’adjectifs qui dérivent de noms : "famille & passage".

Je faisais et non pas je fesais. Le radical du verbe « faire » s’écrit toujours « ai » sauf au futur et au conditionnel (ferai /ferais).
PPr : faisant (et non pas fesant) mais prononcez [fesan].

Glu et non pas glue. Certains noms féminins ne prennent pas de E final : bru, glu, tribu, vertu.

Langage et non pas language (mot anglais). Erreurs dans le même registre : magasin et non pas magazin (confusion avec "magazine féminin"). Connexion et non pas connection (mot anglais).

Nu-tête et non pas nue-tête.
Devant un nom "nu" est invariable. Il marche dans la chaleur étouffante nu-tête et nu-pieds. Par contre après le nom l’adjectif s’accorde en genre et nombre. Il marche tête nue et pieds nus.

Parmi et non pas parmis. Cette préposition ne prend jamais de S final. La confusion vient de "hormis" qui prend toujours un S !

Pitié et non pas pitiée. Les noms féminins se terminant pas té ou tié ne prennent pas de E final sauf ceux exprimant un contenu (charretée, pelletée, ...) OU ceux dérivant d’un PPa (dictée, jetée, portée, ...).

Tu peux et non pas tu peus. Avec tu le verbe prend toujours un S sauf « tu peux, tu veux, tu vaux ».
Ces verbes prennent aussi un X final à la première personne du singulier. « Je peux » devient « puis-je » si inversion du sujet.

Vous vous satisfaites et non pas vous vous satisfaisez. Les dérivés du verbe « faire » se conjuguent comme lui.
Par contre les dérivés du verbe « dire » respectent la règle générale ("ez" à la 2ième personne du pluriel). Vous vous contredisez et non pas vous vous contredites.

Vous avez tort et non pas vous avez tord. Tort(=mal, faute) est un nom à ne pas confondre avec la forme verbale "tord" du verbe "tordre".

Les expressions qu'on a du mal à écrire

Une expression est un ensemble de mots dont le sens global est indépendant du sens propre de chacun des mots qui la composent. Le sens d'une expression peut évoluer avec le temps. Ainsi l'expression Mettre la puce à l'oreille signifiait : provoquer un désir amoureux pour Jean de la Fontaine.

On a beaucoup de mal à écrire certaines expressions car elles comprennent des mots qui ne sont plus utilisés, dont on a oublié le sens tels bât, for, chère, etc.

Notez bien l'orthographe des expressions ci-dessous :
Par acquit de conscience et non pas par acquis de conscience.
À l’envi et non pas à l’envie.
Au temps pour moi et non pas autant pour moi.
J’ai affaire à ... et non pas j'ai à faire à ....
Aux dépens de et non pas au dépens de . Le nom "dépens" s’emploie toujours au pluriel.
Là où le bât blesse et non pas là où le bas blesse. Bât : dispositif posé sur le dos d’un animal de portage.
Faire bonne chère et non pas faire bonne chair. "Chère" : vieux mot qui désigne le repas.
À cor et à cri et non pas à corps et à cri.
En mon for intérieur et non pas en mon fort/fors intérieur. Le vieux mot "for" signifie "conscience". Alors que "fors" en vieux français est synonyme de "sauf". Tout est perdu fors l’honneur..
Un visage empreint de sévérité et non pas un visage emprunt de sévérité.
Il est en train de manger et non pas il est entrain de manger. Par contre il faut écrire : J'ai de l'entrain au travail. "Entrain" est un nom qui veut dire enthousiasme. Alors que "En train " est une locution utilisée pour construire la tournure verbale appelée présent progressif.
Une maison de plain pied et non pas une maison de plein pied.
Sens dessus dessous et non pas sans dessus dessous.
Je vous saurais gré et non pas je vous serais gré. Savoir gré : être reconnaissant.
Tomber des nues et non pas tomber des nus. Nues = nuages.

Retour au sommaire

Participe présent et l’adjectif verbal

Participe présent (PPr)

C'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Le PPr est un mode du verbe (comme l’indicatif, le subjonctif, l’impératif, etc.).
Il se construit en rajoutant au radical la terminaison "ant" pour les verbes du premier groupe et "issant" pour les verbes du deuxième groupe.
aimer → aimant
finir → finissant

Pour les verbes du troisième groupe la terminaison est en général "ant" mais le radical peut aussi changer.
Exemples : coudre → cousant - assoir → asseyant.

Le PPr est souvent précédé de la préposition "en" ; on parle alors de gérondif.

Le PPr est invariable !

Le PPr évite d’utiliser une proposition subordonnée.
Phrase avec proposition subordonnée : Le moteur qui équipe cette voiture est robuste.
Phrase avec PPr : Le moteur équipant cette voiture est robuste.

L’adjectif verbal (AV)

C’est l’adjectif qualificatif formé à partir du verbe. Il s’accorde donc en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie.
L'adjectif verbal a le plus souvent la même graphie que le PPr.

Savoir identifier

Le PPr est invariable alors que l'AV s'accorde en genre et en nombre avec le nom qu'il qualifie.

Le verglas a rendu les pavés [glissan].
"glissant" PPr invariable ou AV variable ?
Astuce : remplacer le nom masculin par un nom féminin. Il faut dire :Le verglas a rendu la chaussée glissante.
Donc ici le mot "glissant" est un AV qui est épithète de "pavés" donc qui s'accorde avec ce nom masculin pluriel.
Il faut donc écrire : Le verglas a rendu les pavés glissants.
Le PPr est souvent précédé de la préposition "en". On parle alors de gérondif.

Les pièges

Pour certains verbes l'adjectif verbal dérivé se termine non pas par "ant" mais par "ent" mais toujours prononcé [an].
Quelques exemples :

VerbePPrAV
violerviolantviolent
précéderprécédantprécédent
adhéreradhérantadhérent
divergerdivergeantdivergent

En adhérant à cette association ... Les personnes adhérentes sont priées de ...

Les adjectifs verbaux dérivés des verbes en "guer" et "quer" sont aussi différents de leur PPr.
Quelques exemples :

VerbePPrAV
CommuniquerCommuniquantcommunicant
IntriguerIntriguant Intrigant
FatiguerFatiguantfatigant
VaquerVaquantvacant
NaviguerNaviguantNavigant

En vaquant à mes occupations ... Une maison vacante ...

Dans un dictionnaire vous trouverez les adjectifs verbaux mais jamais les PPr puisqu'il s'agit d'une forme conjuguée du verbe
De plus l'orthographe du PPr ne pose jamais de difficulté : radical du verbe + "ant" ou "issant".

Attention un verbe peut aussi générer un nom qui se termine par "ent" (terminaison non muette).
Exemples : le président - un excédent - un affluent - un adhérent - un précédent - etc.

Retour au sommaire

Écrire les nombres

Les nombres peuvent s’écrire en toutes lettres, en chiffres romains ou en chiffres arabes.

Les nombres en toutes lettres

Il est obligatoire d’écrire les nombres en toutes lettres dans les documents officiels, les contrats, les chèques, etc. afin de limiter les risques de falsification.

La réforme de l’orthographe préconise de mettre un trait d’union entre chaque élément d’un nombre composé. Neuf-cent-vingt-six Euros.

Les nombres sont invariables en principe.
Seuls vingt et cent peuvent prendre un S final dans certains conditions.
Cent et vingt prennent un S quand ils sont multipliés par un nombre, qu’aucun autre nombre ne suit et qu’il le nombre composé indique une quantité.

Mille ne prend jamais de S.
Million et milliard sont des noms (et non pas des adjectifs) ; ils s’accordent.Soixante millions de consommateurs.

Les nombres en chiffres romains

Le millésime est souvent indiqué en chiffres romains sur les monuments.
L’emploi des chiffres romains tend cependant à disparaître.

Pour écrire en chiffres romains on dispose de sept signes :
I pour 1
V pour 5
X pour 10
L pour 50
C pour 100
D pour 500
M pour 1000

Pour former les nombres on procède par addition ou soustraction :
Addition : II (2), III (3), VI (6), VII (7), VIII (huit), LX (60), LXX (70), … CLL (120), MCC (1200)
Soustraction : IV (4), IX (9), XL(40), XC (90), CM(900), …
Exemple : MCMXCIX : 1999

Écrire une date ?

Une date s’écrit en minuscules sauf pour indiquer une fête, un évènement historique. Le 14 Juillet. Majuscule à juillet.
La date doit s’écrire en toutes lettres dans les documents officiels. Fait à Lille le douze mai mille-neuf-cent-quatre-vingt-quinze.

Retour au sommaire

Correction des exercices

Correction de l'exercice sur les homophones grammaticaux

Il a mieux à faire.
Je ne pense qu’à son bonheur.
À demain !
Ça n’est pas difficile.
Sa voie est toute tracée.
Comment ça va ?
Il s'en lave les mains.
Sans chemise, sans pantalon.
C'en est décidé, je viens !
Il ne sent pas la rose.
Il est sans ses propres outils.
Ces romans-là sont passionnants.
Il s'est cassé le bras.
Il sait bien sa leçon.
C'est en forgeant qu’on devient forgeron.
J’arrive dans une minute.
Du vin, merci. Je viens d'en boire.
Il est bon élève.
Le sel et le poivre.
Ce crime, tu l'as avoué.
La poupée, la petite fille la veut.
Posez là.
Tu la respectes.
N'y pense pas !
"Ni Dieu ni maître"
Il n'y a pas si longtemps.
Ses parents ont honte pour lui.
On a beaucoup aimé.
Ils ont trop attendu.
On a trop attendu.
Hors de ma vue !
On craignait le mauvais temps or il fit beau.
Il m’a mis hors de moi.
Fromage ou dessert ?
L’année où nous nous sommes rencontrés.
C’est lui ou moi !
Quant aux vacances …
Quand arrives-tu ?
Mon travail, qu'en penses-tu ?
Je ne sais si je peux lui faire confiance.
Ce travail, il s'y met de suite.
Dès qu’on lui donne une tache, il s'y consacre totalement.
Ces élèves sont méritants.
Il ne sort jamais sans son chien.
Ce ne sont que des imbéciles.
Sois fort !
On est bien chez soi
On ne peut compter que sur soi.